A quelle main doit-on porter l'alliance et pourquoi ?

Dernière mise à jour : 28 avr.

Les anciens pourraient parfois dire que « les traditions se perdent », mais il est de ces traditions qui ne disparaîtront probablement jamais : le mariage en regroupe quelques unes, qui ont traversé les époques malgré parfois une ignorance totale de leur origine. Il y en a une dont on se passerait difficilement lors d’un mariage : l’échange des alliances. Cette bague, qui représente l’union de deux personnes, se retrouve dans la plus grande majorité des cérémonies traditionnelles. Il semblerait que cette tradition garde tout son charme et ne tende jamais à disparaître, puisqu’aujourd’hui, la tendance est plutôt inverse : les bagues de fiançailles et les demandes en fiançailles « traditionnelles »  sont de nouveau très appréciées. Ce n’est donc plus une seule alliance mais bien deux bagues que notre annulaire gauche est voué à supporter. Vous vous dites sans doute « pourquoi lui ? ». Laissez-moi vous expliquer…

Un peu d’anatomie

Cette coutume trouve ses racines à l’époque de l’antiquité grecque et égyptienne, où il était dit qu’une veine nommée « Vena Amoris », la veine de l’amour, reliait directement l’annulaire gauche à l’organe de l’amour… (vous l’avez bien évidemment deviné) : le cœur, qui est toujours considéré comme étant du côté gauche de la poitrine.

Du côté de la religion C’est aujourd’hui l’explication la plus connue mais aussi certainement celle qui plaît le plus de par sa symbolique. Mais elle n’est pas la seule. Une coutume religieuse datant du Moyen-Âge (XIIè siècle) indique que lorsque le marié prononçait ses vœux, il présentait l’alliance à sa moitié au niveau de l’index tout en récitant « Au nom du Père (index), du Fils (majeur) et du Saint-Esprit (annulaire)». Les vœux se terminaient donc au niveau de l’annulaire, l’heureux élu.


S’il est d’usage de la porter à gauche en France, certains pays font l’inverse : il est par exemple normal et attendu de porter son alliance de l’autre côté, à la main droite, au Royaume-Uni, en Pologne, ou encore en Allemagne.


 

Maintenant que l’on comprend mieux pourquoi la place de cet anneau si symbolique n’est pas aléatoire, il est aussi intéressant de comprendre son origine et de s’attacher à ce qu’il représente réellement.


Un anneau, pourquoi ?

Le premier échange d’alliances remonterait, encore une fois, à l’Antiquité romaine, où elles avaient même une valeur de contrat de mariage. Certains rattachent cette tradition à l’Égypte Ancienne, où il était habituel de tresser des joncs, roseaux et papyrus en forme de cercle, pour s’en servir de bijoux et ornements. Le fer originellement utilisé a ensuite été remplacé par des matériaux plus nobles comme l’ivoire ou le cuir, qui permettaient de symboliser le statut social des futurs mariés, selon le matériau choisi.

Une caractéristique très symbolique

Aujourd‘hui, il existe une infinité de modèles de bagues pour sacraliser cette union : j’en suis la première ravie puisque cela me permet de créer avec vous des projets plus beaux et différents les uns que les autres. Mais si l’on s’intéresse davantage à la vraie signification du terme, une alliance désigne uniquement un anneau qui n’a ni début ni fin : si la bague est caractérisée par un motif ou un pavage de pierres, on doit le retrouver sur l’ensemble de l’anneau. Lorsque la bague vient à tourner, on ne doit pas s’en rendre compte puisqu’elle semble n’avoir ni « devant », ni « arrière ». Cet élément important est là pour nous rappeler le caractère éternel de l’union que représente le mariage. Cependant, il s’agit d’une caractéristique peu connue aujourd’hui, ce qui permet d‘explorer beaucoup plus de possibilités mais surtout de réduire le budget d’un achat si important, puisque le pavage ou le motif n’est placé que sur la partie apparente de l’alliance, le plus souvent.

 

Autant de traditions et d’explications différentes, mais une chose reste certaine : le mariage représente l’union de deux personnes lors d’une journée qui leur correspond. Tous les éléments de cette journée si particulière doivent être à leur image, les alliances et la manière de les porter et de se les échanger, notamment. Elles sont vouées à être portées toute une vie et à ne faire qu’un avec la personne qui la porte. À gauche, à droite, parfois même autour du cou sur une chaîne pour ceux dont les mains ont changé avec le temps, données aux enfants, aux petits-enfants, réutilisées,... Tant d’histoires possibles, dont je suis ravie de faire partie aujourd’hui, à mon échelle.



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout