L’histoire du diamant et sa place dans le mariage

De toutes les gemmes, le diamant est la plus prisée. Il incarne la pureté, l’invincibilité, le pouvoir, le courage, et depuis quelques siècles à peine, l’amour.


Un peu d‘histoire

• Découverts en Inde pour la première fois au IVe siècle avant J.-C. On les appelait vajra (coup de tonnerre) en raison de leur force. • Au VIIIe siècle, à Rome et dans la Grèce Antique, les diamants s’appelaient adamas (invincible, incassable) en Grec ancien, terme qui soulignait sa dureté incomparable. On sait aujourd’hui que cette incroyable résistance est due à la très haute pression des cristaux de carbone qui le composent, mais aussi de la structure et de l’orientation de cristaux.

• 1270 : les ordonnances du roi Saint Louis interdirent aux femmes de porter toute pierre précieuse. • 1444 : Agnès Sorel outrepassa cette interdiction en portant le diamant offert pas Charles VII, son amant. Le symbole de l’amour qui dure est né.

• Jusqu’au XVe siècle, le diamant n’était porté que par les rois, en symbole de force, courage et invincibilité. • 14e siècle : le façonnage et le taillage de ces pierres débuta alors. Ils étaient d’abord réalisé à l’aide de pierres puis avec d’autres techniques rudimentaires. Ce n’est que plus tard qu’on réalisa que les pierres précieuses non taillées pouvaient être façonnées et polies avec leur propre poussière, procédé toujours utilisé aujourd’hui.


La place du diamant dans les fiançailles


Les diamants sont utilisés dès le deuxième siècle pour sertir des bijoux, comme sur des amulettes. Il est légèrement poli et à peine taillé, par peur de le voir perdre son caractère sacré. Pendant longtemps, son commerce et son exploitation n’avaient lieu que dans les Indes et dans le monde islamique. Il y avait donc peu de ces gemmes en Europe : ils étaient considérés comme des objets de culte païen. Mais avec la conquête de nouveaux territoires par les Européens, le diamant suscite bien plus d’intérêt : il devient signe ostentatoire de richesse, très apprécié des rois et personnages de la haute société, de manière générale.


En 1477, la tradition de la bague de fiançailles débute quand un Archiduc offre une bague en diamant à la princesse Marie de Bourgogne. Il devient alors un symbole éternel et immuable d’amour, de force, de pureté et de beauté authentique. Cette bague était sertie de petits diamants formant un M.


Un diamant est éternel


Durant les années 1930, une célèbre société minière, nommée De Beers, fait la découverte d’importantes galeries de diamants en Afrique. Le caractère exclusif et insaisissable du diamant est mis à mal. Il fallait donc trouver un moyen de relancer les ventes, en chute libre. Une vaste campagne fut lancée, associant le diamant à l’amour et au bonheur éternels : une augmentation de 50% des ventes eut lieu, en à peine 3 ans.



Éternel oui, mais épuisable…


Comme toute ressource naturelle, celle du diamant est épuisable : l’offre est déjà inférieure à la demande. Certains experts estiment qu’il n’y en aura plus en 2030. Depuis les années 1950, il existe donc des diamants synthétiques : ce sont des diamants fabriqués en laboratoire, par l’Homme. Il possède les mêmes caractéristiques physico-chimiques que le diamant naturel : composition, dureté, brillance, éclat, etc. Ce n’est pas un faux diamant : il n’est juste pas naturel. Le coup de fabrication ne permettent pas d'observer une immense différence de prix entre un diamant naturel ou synthétique, mais elle existe tout de même.



Naturel ou synthétique, le diamant reste à ce jour la pierre précieuse la plus convoitée et n’a trouvé d'égal en matière de symbolique si puissante. On le retrouve sur beaucoup de bagues de fiançailles ou alliances, et il peut être réutilisé lorsqu'il est récupéré sur d’anciens bijoux de famille. Sa robustesse permet de l’utiliser à l’infini… à l’image de l’amour.


133 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout